Les choses bougent aussi du côté de l'industrie musicale, et de nombreux initiatives se mettent en place pour promouvoir l'égalité femmes-hommes dans ce secteur. La Fédération des Labels Indépendants a ainsi récemment lancement MEWEM, un programme pour mettre en avant des femmes entrepreneuses dans l'industrie de la musique : 12 lauréates pourront être accompagnées pendant une année par une mentore. Emily fait partie des mentores de cette première édition : l'occasion pour nous de parler un peu plus de ce programme et de ce qu'il défend. Nous avons donc rencontrer Charlotte Decroix, chargée de coordination à la FELIN, et qui a assisté à la mise en place de MEWEM. Elle nous parlé des femmes, de l'importance des relations humaines, du music business et c'est toujours aussi enthousiasmant de mettre en avant des initiatives comme celle-ci !

Pouvez-vous présenter la FELIN et ce que vous y faites ?

La FELIN est la Fédération des Labels Indépendants. Elle réunit plus de 130 labels TPE à ce jour, mais aussi des réseaux régionaux, des distributeurs et acteurs de la production phonographique. Son rôle est d’accompagner les labels indépendants dans leur quotidien, de les aider à se professionnaliser, et aussi de les représenter dans les discussions politiques qui les concernent.

Je suis chargée de coordination depuis quelques mois maintenant, je suis venue en renfort de Maud Gari, déléguée générale, et de Céline Lepage, chargée de mission, ainsi que du bureau dont Philippe Couderc, du label Vicious Circle est le président, notamment pour suivre le lancement du programme de mentorat MEWEM.

Au MaMA 2018, la FELIN a lancé MEWEM, Mentoring Program for Women Entrepreneurs in Music Industry. Quelle est la genèse de ce projet et à quels besoins peut-il répondre ?

La FELIN a commencé à travailler sur ce projet il y a environ 2 ans, constatant suite à une étude interne, que très peu de femmes étaient créatrices et/ou directrices de label. A partir de là, nous avons rencontré deux organisations qui avaient mis en place des programmes de mentorat destinés aux femmes entrepreneuses : Little Big Women en France (qui oeuvre dans le domaine de l’Economie Sociale et Solidaire) et le VUT en Allemagne (l’association qui regroupe les indépendants de la musique).

MEWEM répond à plusieurs besoins : les femmes entrepreneuses ont besoin d’être accompagnées et valorisées, elles ont besoin de réseau et de ressources. Ce n’est pas si simple car c’est un milieu professionnel majoritairement masculin, notamment en ce qui concerne les postes de direction.

Il y a 12 femmes accompagnées pour la promotion 2019 : qui sont-elles et comment les avez-vous sélectionnées et de quel type d’outils / avantages vont-elles bénéficier ?

Les 12 premières lauréates seront communiquées très prochainement. Elles sont issues de formations, milieux, cultures diverses et nous les avons sélectionnées sur dossier. Elles vont bénéficier non seulement de l’expérience d’une mentore confirmée, qui va les accompagner pendant 4 mois, et elles pourront participer à plusieurs masterclass / ateliers sur divers sujets qui les concernent : apprendre à vendre son projet, les contrats de la musique, la place des femmes dans l’industrie, se positionner comme leader … Ce qui est important aussi, c’est qu’elle feront partie d’un réseau et seront connectées les unes aux autres.

Ces 12 femmes sont chacunes accompagnées par une mentore différente : qui sont-elles et comment les avez-vous sélectionnées ?

Les 12 mentores sont elles aussi issues d’univers assez variés : il y a des entrepreneuses en label, spectacle, management, production audiovisuelle... mais également des profils plus institutionnels. Chaque parcours est différent mais tout aussi inspirant, ce sont des modèles pour les jeunes entrepreneuses. Ce sont des femmes de notre réseau ou bien qui nous ont été recommandées par des partenaires. Toutes ont répondu à l’appel, le plus important c’était d’avoir des femmes enthousiastes sur le projet !

Les 12 binômes (mentores/mentorées) vont bientôt être révélés. Comment s’est fait le choix et qu’est-ce qui s’est avéré le plus difficile ?

Les binômes sont constitués et ils ont été communiqués en interne pour le moment. Ils sont le résultat d’un processus de matching : nous avions beaucoup d’informations à traiter, sur les compétences / attentes / motivations de chacune - ça n’a pas été évident car nous avons eu des choix à faire ; beaucoup de candidates méritaient leur place. Nous avons essayé de faire au mieux, en fonction de ces critères mais aussi de notre instinct car c’est aussi une histoire de rencontre humaine.

La question de la visibilité des femmes dans l’industrie musicale est de mieux en mieux comprise. De quels soutiens institutionnels bénéficie MEWEM ?

Le programme est soutenu de manière officielle par le Ministère de la Culture, Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles, et par l’Europe via le programme Music Moves Europe. La SACEM apporte également un soutien via le marrainage par Catherine Boissière, leur Directrice de la Communication. De manière informelle, la majorité des organismes nous a montré son soutien en relayant notre appel à candidature : l’Irma, Audiens, les réseaux régionaux, la Fedelima, la CSDEM, le FCM… mais aussi le MaMA, Shesaid.so, les Formations d’Issoudun et bien d’autres ! C’est un sujet qui concerne tout le secteur.

Y a-t-il déjà eu des retombées ou impact de ce programme depuis son lancement ? Lesquels, le cas échéant ?

D’autres programmes de mentorat devraient voir le jour dans les mois à venir : nous avons en effet été contactés par des structures oeuvrant également dans les industries musicales pour les accompagner. Nous allons transmettre notre savoir faire nouvellement acquis et essayer de diffuser MEWEM au maximum en France mais aussi en Europe.

Est-ce qu’une nouvelle édition est prévue pour l’année prochaine et à qui conseillez-vous de candidater ?

Nous attendons dans un premier temps les retombées de cette première édition qui est une expérimentation et à l’issue de laquelle nous nous sommes engagées d’écrire un livre blanc. Ensuite, nous souhaitons organiser nouvelle édition dans deux ans. Toutes les femmes porteuses de projet dans la musique seront invitées à se manifester ! Plus elles seront nombreuses, plus notre programme sera légitime.

MEWEM est une initiative de la FELIN pour la mise en visibilité des femmes dans l’industrie musicale. Quels sont les autres projets développés par la fédération en lien avec ce sujet ?

Pour le moment c’est le seul projet concret développé sur le sujet par la FELIN, mais nous avons d’autres projets en cours et aussi la FELIN participe à de nombreux groupes de travail sur l’égalité Femmes Hommes pour faire évoluer les choses dans l’industrie musicale.

Un dernier mot pour la fin ?

Merci à Nuagency de nous donner la parole, et merci à Emily Gonneau d’avoir bien voulu participer à cette première édition en tant que l’une des 12 mentores !
Vous pouvez suivre la FELIN et les actualités autour du programme MEWEM sur le site Internet, Facebook et Twitter.

Laisser une réponse