Cap sur l'Afrique avec Tania Le Saché, la fondatrice du label de musique du monde pour enfants ARB Music. A l'occasion des 20 000 abonnés acquis sur sa chaîne YouTube, nous l'avons interrogée sur sa vision de label, son choix de l'Afrique, YouTube & son travail d'équipe. Chez ARB Music, la musique permet à la fois de danser & de taper des mains tout en faisant passer des messages de bienveillance, de diversité & de partage : des valeurs que l'on chérit tout autant chez nüagency !

Pouvez-vous présenter ARB Music et à quoi ressemble une journée type pour vous ?

ARB Music est un label de world Music pour les enfants de 0 à 6 ans.

Une journée type rassemble des moments où l’on réfléchit, discute et s’enthousiasme avec des artistes ou des prestataires de services pour "transformer une idée en un projet" que ce soit un enregistrement de musique ou un dessin animé à partir de nos enregistrements.

ARB Music est présent sur YouTube avec 20 000 abonnés & vous avez récemment passé le cap des 13 millions de vues. En quoi la vidéo est importante pour le label ? Qu’a pu apporter ce format que l’audio seul ne pouvait pas ?

Notre web tv, calquée sur notre catalogue de comptines africaines est éducative, culturelle et inclusive. Elle s’adresse aux enfants d'âge préscolaire, de 0 à 6 ans, qu’ils soient afro-européens, enfants de migrants africains, enfants d’Afrique francophone ou, tout simplement, enfants qui aiment bouger et danser. Notre web tv est complémentaire à nos enregistrements : son public ne sait pas encore lire et, en regardant les vidéos, il partage un moment ludique, se sensibilise à la langue française, langue de sa future scolarité. De plus, il s’imprègne des valeurs du label : construire des ponts qui relient les enfants pour qu’ils prennent conscience que l’autre leur ressemble, apprend la même chose qu’eux et grandit, comme eux, dans un environnement bienveillant !

Quels sont les axes de rémunération que vous avez pu exploiter via YouTube & quel est l’impact du numérique dans votre business model ?

Le streaming, bien qu’en constante progression, reste encore faible chez Arb Music pour pouvoir parler d’impact du numérique sur notre business model mais il est certainement un facteur de croissance.

ARB est un label de musique du monde pour les enfants : en quoi la musique est importante pour eux ? Pour les adultes qui les accompagnent ?

La musique du monde pour enfants est une flânerie sans frontières qui rend les enfants curieux et booste leur imaginaire. La féerie des instruments, comme la kora, le koto, le qanoun, la sanza, l’oud affûtent aussi leur attention !

Pour les adultes parents qui, comme moi, sont d’origine étrangère et qui résident en France, il me semble qu’ils éprouvent un bonheur particulier : patchwork de plaisir de transmettre et de partager et nostalgie d’images chaleureuses liées à notre enfance. Ces images, pour moi, sont celles du Nil au soleil couchant lorsque les bateliers amarrent leurs « felouks » et qu’ensuite, leurs enfants, assis sur la berge, tapent des mains pour accompagner les comptines qu’ils chantent en attendant le traditionnel plat de « foul », des fèves au cumin.

Pour les adultes qui accompagnent les enfants, c’est un moment de partage sympathique que celui de jouer le jeu des interactions proposé, taper des mains, se remuer, danser ou chanter.

Depuis quelques temps, vous mettez principalement en avant des chansons africaines et des Antilles. Et le dernier album paru chez vous est « Cap-Vert : Rondes, comptines, berceuses ». Pourquoi ce choix de l’Afrique et des Antilles ?

L’Afrique est mon continent d’enfance et ses couleurs, paysages et valeurs culturelles, sont ancrés en moi. Probablement, cela me permet de nouer plus facilement des liens avec des artistes d’origine de ce même continent et d’obtenir qu’ils partagent les émotions de leur enfance avec tous les enfants.

Produire des albums qui couplent des comptines africaines à des comptines antillaises et brésiliennes est cohérent par rapport à l’aller-retour que les percussions africaines ont effectué. Contre leur gré, elles ont pris le large et ont relié l’Afrique Noire aux Amériques. Et, dans les années 1940, sous forme de rumba cubaine, elles sont revenues avec les marins des paquebots transatlantiques, elles ont remonté le fleuve Congo et ont donné naissance aux célèbres rumba congolaise et centrafricaine.

Un dernier mot pour la fin ?

"On ne change pas une équipe qui gagne."

Retrouvez ARB Music sur YouTube, Facebook, Twitter, Instagram & sur le site Internet.

Laisser une réponse